Maltraitances sexuelles envers les enfants

Prix Lilly 1997


Formation-Action réalisée en partenariat entre la Maison des Droits de l'Enfant et la Fédération Départementale de Formation Médicale Continue du Loiret

Pourquoi une formation-action interprofessionnelle en partenariat sous la forme d'un cycle de 4 jours et trois soirées?

 

Pourquoi une formation sur ce thème?

L'idée de cette formation est née au cours d'un séminaire sur le thème de « L'Adolescent en Crise » qui s'est déroulé dans le Loiret en 1995 . Ce séminaire abordait les situations de rupture de l'adolescent, dans un contexte médical et social. Un des moments forts de ces deux jours fut le travail sur les facteurs de risque de la psychopathologie de l'adolescent. Pour beaucoup de participants, la fréquence de l'association de maltraitances sexuelles pendant l'enfance aux situations de rupture de l'adolescent a été une découverte. La nécessité d'une formation complémentaire sur ce thème est apparue indispensable, devant l'absence d'identification de ces situations par les médecins généralistes, et leur désarroi lorsqu'une telle situation parvenait à leur connaissance.

Par ailleurs, deux médecins de la Fédération de Formation Médicale Continue du Loiret avaient participé à un séminaire national de l'UNAFORMEC en 1990 consacré à ce thème. Une des difficultés pour ces deux participants avait été de se mettre en rapport avec des intervenants locaux du monde de la justice pour effectuer des signalements, et d'identifier les circuits de prise en charge des victimes. La suite logique du séminaire sur l'adolescent était toute trouvée. Le Bureau de la Fédération a donc décidé de mettre au programme de l'année suivante une formation sur le thème du dépistage et de la prise en charge des maltraitances sexuelles envers les enfants.

 

 

Pourquoi une formation interprofessionnelle?

A la lumière du séminaire sur l'adolescent, la formation devait être résolument interprofessionnelle, et intégrer des participants de toutes les professions concernées.

Avec l'expérience de la Fédération de F.M.C. du Loiret en matière de formations interprofessionnelles, plusieurs nécessités se sont faites jour pour l'organisation de cette formation sur ce thème:

elle devait intégrer l'ensemble des intervenants locaux pour la prise en charge des maltraitances sexuelles envers les enfants (Police, Justice, Aide Sociale à l'Enfance, éducateurs, psychiatres, gynécologues, médecins experts, travailleurs sociaux, services d'accueil, ╔).

elle devait s'inscrire dans la durée: plusieurs modules apportant progressivement des connaissances sont vite apparus nécessaires, permettant aux participants, entre les formations, de mettre en pratique les acquisitions, et de se poser de nouvelles questions.

il s'agirait d'une interformation autant que d'une formation: tous les intervenants médicaux et sociaux de terrain ont été amenés à prendre en compte des maltraitances sexuelles de l'enfance pour leurs patients ou clients. La formation devait partir de leurs questions et de leurs pratiques.

les intervenants devraient être les acteurs des institutions locales (Police, Justice, Aide Sociale à l'Enfance, Ordre des Médecins, Associations d'écoute et d'orientation, ╔). Des intervenants nationaux seraient associés à chacun des modules, permettant une supervision des professionnels locaux et apportant un éclairage complémentaire aux pratiques locales.

il s'agirait de permettre de mettre en place ou de renforcer des stratégies coopératives des différentes professions concernées, dans une optique de travail en commun de membres de professions et d'institutions différentes, et souvent peu enclin à la communication (Police, Aide Sociale à l'enfance, Justice) ou ayant même des doctrines et des projets différents pour la prise en charge des victimes et de leur entourage d'une part, et des maltraitants d'autre part . A ce sujet, il est vite apparu dans les réunions de préparation que beaucoup de temps serait nécessaire aux intervenants locaux pour identifier leurs modes de fonctionnement réciproques, et dégager des objectifs communs et des messages congruents à diffuser aux participants.

 

 

Pourquoi un partenariat avec la Maison des Droits de l'Enfant?

Plusieurs intervenants du séminaire sur l'adolescent en crise étaient membres de la Maison des Droits de l'Enfant qui venait de se créer . La Maison des Droits de l'Enfant d'Orléans est un lieu d'écoute et d'orientation des enfants, dont les bénévoles sont des médecins, avocats, policiers, juristes, notaires╔ La tâche des accueillants est de donner de la valeur à la parole des enfants. Il s'agit de conseiller et d'orienter les enfants et adolescents vers les professionnels compétents. La charte fondatrice de la Maison des Droits de l'Enfant se base sur la Déclaration Universelle des Droits de l'Enfant. Un partenariat pour l'organisation de ce cycle de formation est apparu naturel, et un comité de pilotage regroupant des médecins de la Fédération de F.M.C. du Loiret, et des membres de la Maison des Droits de l'Enfant a été constitué.

Le financement pour les médecins libéraux serait demandé à l'AGECOMED, et les structures de formation professionnelle des salariés concernés seraient sollicitées.

 

 

Pourquoi une Formation-Action?

D'emblée, il est apparu à ce comité de pilotage que nous devrions construire une formation-action: mettre en pratique les acquis d'une formation aussi impliquante n'aurait de sens que si cette formation était suivie de réunion pour continuer à discuter ensemble des cas difficiles, et apporter interformation ou formation à la demande des participants.

 

Cette formation a été rattrapée par l'actualité: à l'époque où nous avons travaillé sur ce sujet, beaucoup nous ont reproché de vouloir consacrer un temps aussi important pour des cas considérés comme exceptionnels (!). L'actualité des années 1996 et 1997 nous a malheureusement donné raison.

 

 

Pourquoi une formation de quatre jours et trois soirées?

L'appropriation de concepts nouveaux, l'émergence de nouvelles questions, le développement de pratiques coopératives nécessitent du temps et de la réflexion.

 

Des professionnels concernés:

Le public de cette formation était constitué de:

 


Cette formation a été construite en six modules:

Objectifs Généraux de la Formation:

 

Faire prendre conscience aux professionnels, qu'ils soient médecins généralistes, pédiatres ou gynécologues, ou de toute discipline susceptible d'être confrontée à des problèmes de maltraitances sexuelles envers des enfants:

Enseigner les conduites pratiques à observer

Susciter l'émergence de groupes de travail et de réflexion à l'échelon local, et les organiser

 

 

 


Objectifs pédagogiques par module:

Module 1: les abus sexuels envers les enfants (2 jours) les 26 et 27 avril 1996

- Identifier les principales caractéristiques épidémiologiques de la maltraitance, et ses définitions

- décrire, à partir d'exemples pris dans les pratiques des participants, des situations rencontrées d'abus sexuels envers les enfants, ou de situations pouvant évoquer de tels abus

- identifier, à partir de situations apportées par des personnes ressources, les éléments permettant d'évoquer des abus et analyser les interventions des différents professionnels autour d'un enfant maltraité en fonction du degré d'urgence

- lister les intervenants autour d'un enfant maltraité

- repérer les signes d'appel d'une situation de maltraitances

- rassembler les éléments du diagnostic

- reconnaître une situation d'urgence (évaluer le danger)

- décrire les sentiments d'un enfant maltraité envers le maltraitant et lui-même

- décrire les retentissements psychologiques d'abus sexuels chez un enfant, son entourage

- décrire les sentiments réciproques d'un adulte maltraitant et d'un enfant maltraité

- signaler une maltraitance

- identifier les facteurs de risque d'abus sexuels

- décrire les principales modalités d'une prévention primaire et secondaire des abus sexuels.

 


Module 2: Outils et personnes ressources (1 jour) le 8 juin 1996

 

1. décrire les interventions possibles des acteurs appartenant aux institutions suivantes:
- police
- justice
- associations.
- identifier les personnes-ressources de ces institutions.
 
2. Décrire les éléments de preuve de l'examen du Médecin légiste, éviter l'aggression d'un examen clinique, confier si nécessaire cet examen au médecin légiste.

 


Module 3: les aspects psychologiques de la maltraitance chez la victime et l'entourage (1 jour) le 21 septembre 1996

 

  1. Décrire les troubles psychologiques d'un enfant maltraité, et de l'entourage (immédiats et à venir, et selon les actions mises en place, qu'il s'agisse de retrait de l'enfant et/ou d'emprisonnement du maltraitant)
  2. Proposer une prise en charge médicale et sociale d'un enfant maltraité, et de la famille (construire un projet thérapeutique)

 


Module 4: l'Aide Sociale à l'Enfance (1 soirée) le mardi 15 octobre 1996

 

  1. Décrire les missions de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE)
  2. Lister les intervenants de l'ASE et leurs coordonnées

 


Module 5: Prise en charge médicale et sociale du maltraitant: (une soirée) le 24 octobre 1996

 

  1. Lister et identifier les facteurs de risque de devenir maltraitant (culturels, familiaux, sociaux, psychiatriques, écologiques╔)
  2. Décrire les différents sentiments possibles d'un parent maltraitant sexuel vis à vis de son (ses) enfant(s).
  3. Décrire les troubles psychologiques, sociaux, familiaux en rapport avec la maltraitance chez un parent
  4. Construire un projet thérapeutique médical et social pour un parent maltraitant (dans l'immédiat, le moyen et le long terme)

 

___________________________________________________________________________

 

Module 6: Mise en place d'un suivi de la formation, avec les participants: (1 soirée), le 21 novembre 1996

 

  1. Participer à la prévention de la maltraitance par le dépistage des situations à risque, l'éducation des enfants et des adolescents, l'aide aux familles
  2. Participer à des évaluations à court, moyen et long terme des actions entreprises

 


Evaluation de la Formation-Action: mise en place d'un groupe de travail, de réflexion et de proposition.

 

Un des objectifs de cette formation a été la mise en place d'un groupe de travail et de réflexion qui se réunirait après la formation. Il s'agissait bien d'une évaluation de la formation, testant la motivation des participants à continuer à travailler ensemble., L'ensemble des intervenants locaux et des participants a été invité à chacune des réunions de suivi.

Cet objectif a été atteint, puisque ce groupe continue à se réunir régulièrement tous les deux mois. Chaque réunion est l'occasion de discuter de cas apportés par les participants. Outre le travail sur des cas, le groupe réfléchit actuellement sur la mise en place d'une structure d'accueil et de soins des victimes et de leur entourage. Un commission doit se créer pour recenser les structures de ce type existant en France et à l'étranger, et analyser leur mode de fonctionnement.

 

Ces réunions se sont tenues aux dates suivantes:

 

L'objectif de constituer un groupe de travail, de réflexion et de proposition sur le thème des maltraitances sexuelles envers les enfants, ouvertement affiché lors de la mise en place de l'action, est donc bien atteint.

 

 

Evaluation de chacune des réunions de formation

 

A l'issue de chacune des réunions de formation, un questionnaire d'opinion posant les questions suivante a été utilisé:

Au cours du premier séminaire, nous avons utilisé un questionnaire d'évaluation des représentations des participants, demandant « en un mot, en une phrase ou en un dessin de dire ce qu'évoque pour vous le termes Abus sexuels envers les enfants ». Une analyse lexicale des réponses figure en annexe avec le compte-rendu du premier module. Avat le séminaire, les représentations des participants étaient centrées sur l'abus sexuel, vu du côté de la vitcime, avec compassion. Après la formation, les participants utilisaient plus de termes en rapport avec leurs tâches professionnelles.

 


Modalités pédagogiques

Une des originalités de cette formation a été son aspect interprofessionnel. Au cours de l'ensemble de ces journées de formation, les différentes professions ont été mêlées dans des groupes de travail. Au cours des modules 1 et 3, des travaux en groupes ont alterné avec des séances plénières. Le travail a porté, dans ces ateliers, sur la confrontation des expériences et solutions apportées par chaque profession aux questions posées. Dans ces ateliers, le travail s'est fait à partir de cas (voir annexes).

La pédagogie active a été utilisée dans les petits groupes, utilisant la méthode des cas et le débat. Un animateur confirmé était présent dans chaque groupe.

Les séances plénières ont été animées par un animateur, et ont reposé essentiellement sur des exposés suivis de débats.

Une autre des originalités de cette formation a été la formation en deux temps: les réunions de préparation ont permis aux intervenants locaux de construire le contenu de la formation en fonction des objectifs déterminés par le comité de pilotage. L'ensemble de ces séances a été fort animé, et a participé à l'objectif de permettre aux intervenants institutionnels locaux de mieux se connaître.

 

 


Sources documentaires:

 

Bibliographie

 

La base de notre bibliographie a été constituée par le dossier documentaire réalisé par le Centre de Documentation de l'UNAFORMEC sur ce thème, à l'occasion du séminaire national de 1990 .

 

Nous avons également lu et utilisé:

 

  1. Loi n° 89-487 du 19 juillet 1989 relative à la prévention des mauvais traitements à l'égard des mineurs et à la protection de l'enfance.
  2. Direction de l'Action Sociale, Direction Générale de la Santé La prise en charge des enfants victimes d'abus sexuels: l'intervention du pédopsychiatre. 1995: 71 pages.
  3. Mariage-Cornali Carole Vidéo et Audition policière avec des enfants: de l'opportunité d'introduire la vidéo dans le cadre des auditions policières avec des enfants victimes. Mémoire pour le Diplôme Universitaire d'Études de la Pratique Sociale. Tours 1994.
  4. Inceste: sortir du silence in : Psychologies, n° 101, septembre, 1992, p.22-53.
  5. Viol et inceste. in: Enfance Majuscule, n~ 23, juin-juillet, 1995, p.32.
  6. Gabel Marceline, Lebovici Serge, Mazet Philippe. Le traumatisme de l'inceste. Paris : PUF, 1995.- 254 p.
  7. Gabel M, Lebovici S., Mazet P., Maltraitance: répétition, évaluation Ed. Fleurus, 1995.
  8. Gabel M, Lebovici S., Mazet P. Maltraitance: maintien du lien Ed. Fleurus, 1995.

 

 

Dans le cadre de la formation-action pour améliorer les pratiques coopératives des différents intervenants autour des enfants victimes de maltraitances, ont participé à l'organisation de la formation:

 

 


Intervenants

 

Comité d'Organisation:

 

 

Personnes Ressources

 

 


 

UNAFORMEC Centre
32 rue DANTON
45800 ST JEAN DE BRAYE
Tél: 02 38 21 56 04

Fax: 02 38 70 02 92
Mail: ucaformec@wanadoo.fr